Forums

Atlantic-Sky :: Forums :: Atlantic Sky :: Le Mermoz
 
<< Sujet précédent | Sujet suivant >>
Aventures au Népal : 2ième volet : Retour aux sources.
Aller à la page       >>  
Modérateurs:ATY001_Jacques, ATY002_Christian, ATY020_Yves, ATY029_Michel, com_press, ATY017_Yoann
Auteur Message
ATY020_Yves
samedi 26 novembre 2016 - 16:23:21
Dir-Tech

Membre enregistré #43
Inscrit(e) le: mardi 06 mai 2008 - 00:48:45
Messages: 1858
Bonjour à tous,

Ainsi donc, l'aventure initiée il y a dix huit mois reprend son cours.

Quelques temps ont passé depuis le retour en France de nos amis avec les Tomcats. Aruna et Karan ont repris leurs activités habituelle en Inde, tandis que Shanti et Yves effectuent les vols pour Atlantic-Sky. La situation des deux couples est inchangée, l'un marié, l'autre toujours pas.

Jusqu'ici, l'histoire était racontée du point de vue de Yves Roillan, personnage principal de cette aventure. Mais l'importance de Shanti n'a cessé de grandir au cours du déroulement de l'histoire. La suite, ce sera donc elle qui va la raconter, telle qu'elle la vivra, sur le moment...

Bien entendu, ce récit sera souvent agrémentés de screens, le vol étant toujours le point d'appui principal de ce récit.

Bonne lecture à tous...
Retour en haut
ATY020_Yves
samedi 26 novembre 2016 - 17:17:58
Dir-Tech

Membre enregistré #43
Inscrit(e) le: mardi 06 mai 2008 - 00:48:45
Messages: 1858
[CHAPITRE 1 : Etats d'âme]

Je vis en France par intermittence, tant nous avons parcouru le monde, Yves et moi, depuis que nous nous connaissons. Si une personne m'avait prédit tout ce qui est arrivé depuis plus d'un an, je lui aurais ri au nez. Il veut que je ne lui doive rien et pourtant, je lui dois tant, mais avant tout, je lui dois d'être heureuse. Ce qui est étrange d'ailleurs, car si j'en crois mes collègues féminines, elles ne sont pas heureuses dans leur vie, alors qu'elles ont tout pour l'être. Il y a encore des choses dans la vie occidentale que je ne pige pas. Elles me demandent souvent si je veux des enfants. C'est une question que je ne me pose pas encore. Je ne sais même pas si je me la poserai un jour, puisque je ne l'ai pas fait avant. J'ai trente et un an, c'est déjà un bout de chemin de fait pour des gens du Népal qui ont une espérance de vie moyenne de cinquante à soixante ans. En tout cas, il est clair que ce n'est pas ma priorité, pas maintenant.

Cependant il y a quelque chose qui a changé en moi, depuis que je suis avec Yves. Disons qu'au début de notre relation, j'avais pour habitude de penser que le mariage ressemblait plus à une prison, plus ou moins dorée, certes, mais à une prison quand même. Tant de filles, dans mon pays où les mariages sont le plus souvent arrangés, sont malheureuses, que je me suis juré de ne pas tomber dans ce piège. Quand j'ai appris le mariage de Karan et d'Aruna, je me suis d'abord senti un peu triste pour elle. Mais je me trompais, elle vit un vrai bonheur avec Karan, et lui aussi.

Durant notre mission en Pacifique, j'ai perçu cette vrai complicité qu'il y avait entre eux. C'est la même que nous vivons Yves et moi. Cela m'a perturbé dans mes certitudes. Alors, j'ai commencé à essayer d'imaginer ce que cela pourrait être dans notre cas. Une plongée dans l'inconnu. Alors m'est venu une pensée folle : et s'il me demandait de l'épouser ? Quelle serait ma réaction ?

"Ouiii ! Nonnn! Au secours !". Cette pensée me panique complètement. Ce ne sont pas mes sentiments ni les siens qui sont en cause, mais mon vécu, mon histoire, ce que je suis, ou crois être...

D'un autre côté, si je ne suis pas capable de répondre à cela, que fais-je avec lui ? Je l'aime, tout simplement. De toute mon âme, de tout mon être, je lui ai confié ma vie, avec pour seule promesse de ne pas m'abandonner. Tout éloignement, et à plus forte raison, toute séparation me détruirait irrémédiablement. Cela non plus, je ne puis l'envisager. Hors de question, no way !

Donc, status quo ! Oui, mais jusqu'à quand ? Je sais parfaitement qu'il ne me forcera jamais la main. Le problème, c'est moi. Car au plus profond de moi, j'en ai envie, pire, j'en ai besoin. Il me faut juste du temps pour accepter l'idée. Du temps...ou autre chose...je ne sais pas quoi. Mais ce besoin commence à toquer à la porte de façon insistante, et je n'ose pas aller ouvrir...J'ai peur. Non, je suis effrayée.

Je n'ai pas le temps de penser à ce sujet plus longtemps. Yves vient de rentrer, et je ne veux pas qu'il perçoive quoi que ce soit de mon trouble.

[suite au prochain post]
Retour en haut
ATY020_Yves
samedi 26 novembre 2016 - 18:10:10
Dir-Tech

Membre enregistré #43
Inscrit(e) le: mardi 06 mai 2008 - 00:48:45
Messages: 1858
[Suite]

"Chérie, tu es là ?
- Oui, dis-je du fond de la chambre, je suis rentrée il y a une heure.
- Ok, bonne journée pour toi ?
- Oui, enfin, je t'avoue que ces vols répétitifs, ça me soûle un peu.
- Le métier qui rentre ! Mais je te comprends. Au fait, le club de Bergerac, ils ont cassé la tirelire !
- Ah bon ?
- Où es-tu ?
- Dans la chambre !
- Donc, je te disais qu'ils avaient fait des frais, ils ont acheté deux nouveaux avions. Enfin, d'occasion, mais bon, ils sont plus que propres !
- Oh ? Et c'est quoi comme type d'appareil, des Robin ? demandais-je en sortant de la chambre.
- Non, regarde...".







"Le premier, je le connais, c'est un Bonanza, mais le second, aucune idée.
- C'est un Aéro Commander C114, un équivalent du Mooney, en moins délicat.
- Pas mal, fais-je en me séchant vigoureusement la tête avec une serviette au couleurs vives. J'aime bien sa bouille, il est agréable à regarder.
- Euh, ça te dirait d'aller tester ce coucou ?
- Toi, tu as une idée derrière la tête, je te connais trop, Yves.
- Qui ? Moi ? répond-il en se retenant de rire.
- Allez, vas-y, montre tes cartes !
- Disons que l'idée de sortir un peu de la routine m'a effleuré.
- Et ?
- L'Angleterre, tu connais ? Pas Londres, je m'y ennuie furieusement, mais, disons en dehors de cette région ?
- Comment veux-tu que je connaisse ? J'ai pas passé ma vie à voyager, moi.
- Tu as été au cinéma, non. Un certain nombre de James Bond ont été tournés là-bas.
- Euh, j'en ai vu quelques uns, mais pas tant que ça.
- Euh, oui, pardon, j'avais oublié. Enfin ça ne répond pas à la question.
- Non mais oui, ça me plairait assez.
- Disons, une dizaine de jours là-bas.
- Je ne suis pas contre un peu de changement...", finis-je par répondre. En fait, je me retiens pour ne pas lui sauter dessus tant j'ai envie de casser ce rythme dans lequel je me suis installée.
"Ok, fais tes valises, on part demain ! me surprend-il.
- T'as pas douté un seul instant de ma réponse, toi.
- Je peux toujours libérer l'avion, tu sais...
- Surtout pas !". Et là, je ne me retiens plus, je lui prends la main et l'entraine sur notre lit douillet. Ce qui se passe après est un mélange de tendresse, de communion d'âme autant que des corps et cette foutue idée qui toque de plus en plus fort à la porte...Eh merde ! Il faudra bien que je finisse par aller ouvrir...

[Suite au prochain post]
Retour en haut
ATY020_Yves
samedi 26 novembre 2016 - 18:37:03
Dir-Tech

Membre enregistré #43
Inscrit(e) le: mardi 06 mai 2008 - 00:48:45
Messages: 1858
Bon, donc nous voilà en prévision d'un vol pour la perfide Albion. Evidemment, avant d'en arriver là, ben va falloir traverser la France, quand même.

Deux étapes par dimanche.

La première pour dimanche 27/11 : LFBE - LFBN et LFBN - LFRM
dimanche 04/12 : LFRM - LFRC et LFRC - EGJA
dimanche 11/12 : EGJA - EGHI

Scènes UK2000 vivement recommandées avec support TileProxy.

Avions : monomoteur pistons 180 kts max. Pas de turboprop.

Réseau : JoinFS 1.0.16 sauf indications contraire (post mis à jour pour n° version si besoin).

Bonne préparation.

Yves
Retour en haut
ATY017_Yoann
samedi 26 novembre 2016 - 19:52:53
Membre enregistré #926
Inscrit(e) le: samedi 02 avril 2016 - 21:27:35
Messages: 143
présent en beech bonanza f33A
debut a quel heure?
a demain
Retour en haut
ATY020_Yves
samedi 26 novembre 2016 - 20:35:15
Dir-Tech

Membre enregistré #43
Inscrit(e) le: mardi 06 mai 2008 - 00:48:45
Messages: 1858
Décollage à 21h00, du moins aussi près de cette heure là que possible...
Retour en haut
ATY017_Yoann
samedi 26 novembre 2016 - 20:55:50
Membre enregistré #926
Inscrit(e) le: samedi 02 avril 2016 - 21:27:35
Messages: 143
oki
Retour en haut
ATY020_Yves
dimanche 27 novembre 2016 - 01:56:40
Dir-Tech

Membre enregistré #43
Inscrit(e) le: mardi 06 mai 2008 - 00:48:45
Messages: 1858
[Donc, suite de l'histoire...]

Pour nous, les femmes, après avoir fait l'amour, nous ne dormons pas forcément. Les hommes, le plus souvent, si. C'est pas de leur faute, c'est physiologique. La présence d'endorphine est telle que ça les assomme. Bref, en ce qui me concerne, il est rare que cela m'arrive. Mais les endorphines sont là aussi et je me retrouve alors dans un état second. Et dans cet état, je me laisse aller à divaguer sur différents sujets. Mais là, il y en a qu'un qui mobilise mes neurones désordonnés. Cela devient une litanie, une obsession sourde et omniprésente. Il faut que j'agisse. Oui mais comment ? J'ai beau retourner la question dans tous les sens, mon cœur me dit : "Vas-y, demande-lui", lorsque mon cerveau dit : "Attention, tu risques de perdre beaucoup !".

Au bout d'une petite heure de ce délire, je me rends à l'évidence : le cœur a des raisons que la raison ne connait pas ! Soit ! Maintenant que j'ai une stratégie, il faut que je trouve une tactique. Ne pas attaquer frontalement, je tomberai sur un mur. Formulons ça comme une hypothèse de réflexion. Je me lève doucement et commence à préparer un ou deux sacs de voyage (le poids dans l'avion n'est pas extensible, même si nous sommes que deux personnes à bord).

Même si je suis relativement discrète dans ma préparation, le bruit, quoique faible, tire Yves de sa torpeur. "Que fais-tu ? me demande-t-il.
- Oh, je prépare juste quelques affaires pour le voyage.
- Tu as le temps pour ça, reviens près de moi...".
Il ne m'en faut pas plus pour le rejoindre au chaud sous les couvertures.
"Hem ! Heuuuu, je peux te poser une question ? commençais-je timidement.
- Bien sûr, ma tendresse.
- Bon, considère que c'est juste une hypothèse de réflexion, d'accord ?
- Ok, de quoi s'agit-il ? répond-il un peu las.
- Tu sais Karan et Aruna...
- Oui ?
- Ils se sont mariés...
- Et ?
- Et bien, un instant, j'ai essayé de me mettre à leur place...
- Et ?
- Et ben ce n'était pas si désagréable...
- J'ai peur de ne pas voir où tu veux en venir...
- Non, je disais juste que si cela avait été nous, je ne suis pas sure que j'aurais détesté cette situation...tu vois ?". Il me prend doucement par la taille, me serre tendrement contre lui et me dit :"Je ne suis pas sûr que tu sois prête pour ça, et moi non plus d'ailleurs. Peut-être plus tard...". Un froid glacial envahit mon corps comme si on m'avait plongé dans de l'hélium liquide.

Quelle idiote ! Et encore je suis gentille en disant ça ! Faut être débile, inconsciente et immature pour faire ce que je viens de faire ! C'est ça, je suis une gamine capricieuse qui mérite la correction que je viens de recevoir ! Bien fait pour moi ! Mais enfin, je m'attendais à quoi ? "Oh oui, marions-nous"...Je me mettrais des claques vingt quatre heures durant, si je pouvais, tellement ma conduite est condamnable. Je suis vexée. Je précise : Je me suis vexée toute seule !

Bon ça y est je me calme. Et puis après ? C'est pas la fin du monde ?...Enfin si ! Par vanité, j'ai brisé un pacte tacite entre nous et même explicite. Bref, j'ai ruiné dix huit mois de bonheur intense. Il ne me regardera plus jamais de la même façon. Il va penser que ma seule idée est de lui mettre la corde au cou. En ce moment précis, je voudrais fuir, très loin, tellement j'ai honte de ce que j'ai fait. Alors je fais l'inimaginable, je me blottis contre mon homme en tremblant, mais pas de peur, mais de cette honte qui me dévore maintenant. Et il ne me rejette pas. "Tu n'es pas vexé ? lui demandais-je.
- Pourquoi, parce que tu te poses des questions ? Allons, je vois que tu es encore un peu ma padawan.
- Ta quoi ?
- Ma padawan...laisse tomber, mon élève, quoi. Tu me connais pourtant...
- J'ai honte, et un peu peur aussi.
- De quoi ?
- Que tu penses que je suis avec toi juste pour te mettre le grappin dessus, comme disent les filles.
- Je ne l'ai jamais pensé, pas après t'avoir demandé autant de sacrifices.
- Oh, alors tu ne m'en veux pas ?
- Si je devais t'en vouloir pour ça, il y a longtemps qu'on ne serait plus ensemble.
- Alors serre-moi fort. Et dis-moi juste que tu m'aimes." Ce qu'il fit tendrement et la chaleur recommença alors à couler dans mes veines en même temps que je retrouvais un peu de sérénité. Pas pour longtemps car c'est le moment que cette foutue idée choisit pour refaire surface dans mon esprit. Et mon cerveau qui répond : "Tu n'es pas prête, tu n'es pas prête..." inlassablement...
J'ai envie d'exploser, j'ai envie de crier. Mais tout ce que j'arrive à faire est d'éclater en sanglots. Yves me console comme il peut, sans comprendre ce qui m'arrive...

[suite au prochain post]
Retour en haut
ATY020_Yves
lundi 28 novembre 2016 - 02:40:20
Dir-Tech

Membre enregistré #43
Inscrit(e) le: mardi 06 mai 2008 - 00:48:45
Messages: 1858
[Suite de l'histoire]

La nuit porte conseil, c'est bien connu. Ben en tout cas, en ce qui me concerne, ça a marché. Le fait de laisser passer un peu de temps m'a permis d'intégrer le fait qu'il me faudra patienter, voire, renoncer. Dans ma vie, j'ai aussi appris que l'avenir n'est pas écrit d'avance. En fait nous nous fabriquons notre propre avenir. Que cela soit vrai ou non, en tout cas, cela permet l'espoir. Et l'espoir fait vivre, comme on dit...Bon, dire ça est une banalité, mais elle m'aide à tenir le choc.

Ce voyage va vraiment me changer les idées, et c'est tout de suite. Départ vers l'aérodrome dans dix minutes, les bagages sont déjà dans la Mercedes.

Même quand il est pressé, Yves conduit prudemment, sans être escargot pour autant. Nous mettons une vingtaine de minutes pour arriver de notre maison qui est du côté de Monbazillac. L'avion nous attends déjà sur le parking. Je vois également d'autres avions, et notamment un deuxième C114, le Bonanza, mais aussi, plus rare, un Kodiak, un Cirrus et un magnifique Piper PA46 flambant neuf.

Yves me demande : "Tu veux piloter ?
- Non, j'ai envie de lâcher prise aujourd'hui.
- Ok, tu m'aide pour la nav ?
- Oui, bien sûr, aucun problème. Je te fais la prévol, si tu veux.
- D'accord. Je vais voir ce qu'ils font, les autres pilotes."

Pendant que je vérifie l'avion, je m'aperçois qu'il n'est pas de première jeunesse. Toutefois, il a été remarquablement bien entretenu. Le club a fait une bonne affaire avec ce taxi.

"Bonjour, me fait une voix derrière moi, je m'appelle Marc.
- Bonjour, Shanti.
- Shanti ? Chinoise ?
- Non, fais-je avec un sourire, Népalaise.
- Oh, c'est plutôt rare dans le coin.
- Oui, je sais.
- Pardon, je voulais pas vous gêner. Nous avons appris que vous partiez pour l'Angleterre avec cet avion. Je suis membre du club. C'est un bon test pour nous. Vous êtes pilote ?
- Oui, de ligne chez Atlantic-Sky.
- Ah oui ! fait-il, la compagnie qui monte...
- C'est ça, réponds-je un peu laconique.
- Cela vous embête si on vous suit avec le Bonanza ?
- Pourquoi ? Non, bien sûr, ça ne nous gêne pas, nous sommes dans un pays libre, non ?
- Ah, le nous signifie que vous n'êtes pas seule...
- Eh non, fis-je en le voyant venir avec ses gros sabots, je suis...comment dit-on ici quand on n'est pas marié ?
- Vous avez le choix : en couple, en concubinage, à la colle...". J'éclate de rire en entendant cette dernière expression. "C'est ça, je suis à la colle avec Yves Roillan, fis-je en riant.
- Vous avez de la chance, et lui aussi. C'est un type bien.
- Mais j'en suis certaine. Vous permettez...". et je continue mon inspection de l'avion.

Pas fâchée de m'être débarrassé de ce gars, certes, courtois, mais un peu...lourdingue quand même. Yves revient : "Bon, apparemment, on va être accompagné...
- Surveillé, oui, tu veux dire ! De vrais chaperons.
- Non, je ne crois pas, objecte-t-il, c'est juste un prétexte pour voler, ils ne sont pas professionnels, alors ils saisissent la moindre occasion.
- Je peux comprendre, j'aurais fait la même chose il n'y a pas si longtemps.
- C'est bien que tu t'en souviennes. Tant de gens oublient leurs origines et par quoi ils sont passés.
- On décolle quand ?
- On y va, petite padawan, on y va ! Grimpe !".

Ouf, décidément, là où je me sens le mieux est encore assise dans un avion, à part dans les bras de mon homme, bien sûr.



Je ferme la soute et je monte. Mise en route et nous roulons jusqu'au point d'arrêt. Un autre C114 et déjà aligné et met en puissance.



Derrière nous, comme annoncé, le Bonanza, piloté par Marc (le gars un peu lourd) nous suit. J'en profite pour demander à Yves ce qu'il pense du gars en question : "Marc ? Je le connais un peu. Loin d'être idiot, le gars, mais surtout, il d'une gentillesse extrême, toujours prêt à rendre service. Un type bien, quoi. Après, je ne suis pas spécialement intime avec lui."



Nous décollons. La route vers Niort (LFBN) passe par le VOR de Cognac (CNA 114.65). Rien de compliqué. L'arrivée sur l'aérodrome non plus d'ailleurs.




Nous y retrouvons tous ceux qui nous ont suivis.




Puis nous redécollons pour Le Mans (LFRM). Navigation à vue, mais rien de difficile, la route étant jalonnée de petites plateformes. Puis nous arrivons en vue du Mans.




Verticale terrain puis intégration vent arrière de la zéro-deux. Finale, posé et roulage au parking. Bref un vol sans histoire...Sauf que le Bonanza est resté à Niort, le gars a de la famille là-bas.




J'en profite pour aller observer les autres avions d'un peu plus près. Je discute chiffon (équipement, avionique, agrément de pilotage...) avec leurs pilotes respectifs. Et là, en observant la cargaison du Kodiak, ce qu'il transporte m'assoit ! De la bière ! Des caisses entière de bouteilles de bière ! Je suis hilare ! Je demande au pilote en rigolant : "Eh, tu ferais pas un peu de contrebande, toi ?
- Noonn ! me répond-il sur le même ton, c'est juste ma réserve personnelle, mon ravitaillement en vol !"

J'ai assez rarement fréquenté les pilotes d'aéroclub en France, et je dois reconnaitre qu'ils sont cool. Rien à voir avec le communauté de pilote Népalaise, guindée et imbue d'elle-même à souhait. Je détestais ça, et ils me le rendaient bien.




C'est ainsi que cette première journée de navigation se terminera, avec un bon repas au resto, comme le veut la tradition. Yves et moi regagnons notre chambre pour un repos bien mérité. Avant de dormir, je chope la sacoche de vol pour explorer un peu la journée de demain. Mais je suis parfois un peu maladroite et quelque chose tombe de ladite sacoche. Une petite boite recouverte de feutrine bleu nuit. C'est comme un écrin de montre. Je la remets à sa place sans y prêter plus d'attention et me concentre sur la navigation du lendemain. Je ne me doutais pas à ce moment là que cette boîte renfermait en fait le secret de mon plus grand bonheur. Et c'est tant mieux...

[Suite au prochain post]

[ Édité lundi 28 novembre 2016 - 02:42:25 ]
Retour en haut
ATY029_Michel
lundi 05 décembre 2016 - 10:46:59

Membre enregistré #195
Inscrit(e) le: mercredi 26 septembre 2012 - 17:45:54
Messages: 315
NEPAL 2
Ont était à 8 pilotes (BRAVO)

dimanche 04/12 : manque log de vol
si je ne me trompe pas
LFRM - LFRC - pilote n° 15-17-18-20

LFRC - EGJA - pilote n° 01-15-18 (02 fera le 5/12)

27 et 29 ont fait les 2 log
Il faut transmettre l'avion que vous avez utilisé et sa consommation en gallon par heure afin de pouvoir faire un log pour les statistique du mois par la direction
Merci



[ Édité lundi 05 décembre 2016 - 10:47:33 ]
Retour en haut
Aller à la page       >>   

Allez à:     Retour en haut

Fil d’informations pour ce sujet: RSS 0.92 Fil d’informations pour ce sujet: RSS 2.0 Fil d’informations pour ce sujet: RDF
Powered by e107 Forum System